Jungle Digitale : retour sur une matinée dédiée à la maturité digitale des laboratoires pharmaceutiques

J’ai eu le plaisir d’organiser le 3 mars 2020 avec Eric Fesson (@FessonEric), fondateur du cabinet Exécution Consulting et Carla Brun Perrizolo (@bp___carla), une matinée dédiée à la maturité digitale des laboratoires pharmaceutiques. Après un état des lieux de la maturité digitale du secteur dressé par Violeta Tsvetkova (@etti_violeta), j’ai présenté le modèle de maturité digitale décrit dans mon livre co-écrit avec David Fayon (@fayon), puis Céline Chevrier (@celine_chevrier) et Nicolas Henry (@niconickhenry) ont fait un retour d’expérience de leur utilisation du modèle pour évaluer la maturité digitale de Janssen France (@JanssenFRA). En conclusion de la matinée, deux heureux participants ont eu la joie de gagner chacun un exemplaire du livre.

Le secteur pharma, en retard dans sa transformation digitale

Reprenant les principaux chiffres du baromètre Croissance & Digital 2019 de l’ACSEL[1], Violeta a mis en avant un paradoxe : tandis que pour 45% des entreprises interrogées la stratégie digitale est en devenir, la complexité de mise en œuvre reste un frein majeur pour 39% des répondants. Ainsi une stratégie digitale qui ne percole pas dans l’organisation conduit à un défaut de cap à suivre pour coordonner les différentes initiatives en marketing, vente, RH, supply chain, etc.

Pour les industries de santé en particulier, les chiffres de l’étude réalisée en 2019 par Simmons & Simmons[2] révèlent un vrai retard, sachant que seulement 4% des projets de collaboration ou d’investissement en santé numérique sont mis en œuvre. Pire, seulement un tiers de ces projets atteignent leurs objectifs.

Par ailleurs, les GAFA sont très actifs dans le domaine de la santé, comme je l’ai déjà évoqué récemment[3].

Face à ce retard, à la menace des géants du numérique et de start-up, les laboratoires pharmaceutiques se posent la question de leur maturité digitale. Mais comment la mesurer ?

Un outil opérationnel pour mesurer la maturité digitale d’un labo

Un auditoire attentif d’une quinzaine de labos, au pied de la Tour Eiffel

Le modèle de maturité digitale DIMM (Digital Internet Maturity Model) que j’ai construit avec David Fayon, est le résultat de 25 ans (x2) d’expérience de la transformation digitale. Il repose sur des principes simples qui ont fait le succès de modèles tel que CMMI : une structure lisible, des indicateurs exhaustifs, une mesure cohérente de niveaux de maturité quel que soit le domaine couvert.

Ainsi DIMM permet d’appréhender à 360 degrés la maturité digitale d’un laboratoire pharmaceutique[4]. Six leviers sont à la main des dirigeants pour digitaliser le laboratoire :

Les six leviers de digitalisation d’un labo

Pour chaque levier, des indicateurs de maturité permettent au laboratoire de faire le point rapidement, sans rien oublier. C’est précisément l’exercice auquel les équipes Janssen France se sont prêtées. Les indicateurs forts confortent le labo sur les actions passées. Les indicateurs apparaissant comme faibles donnent des pistes de feuille de route en vue de gagner en maturité digitale. Pour chaque levier un indicateur peut apparaître aussi comme une opportunité de développement compte-tenu de la culture du labo, de son histoire, de sa stratégie, de ses perspectives d’avenir. Enfin une appréciation de la maturité digitale de chaque levier permet de formaliser le ressenti sur une échelle compréhensible par toutes les parties prenantes, quelles que soit leurs fonctions dans le labo, favorisant ainsi les échanges entre les équipes.

Janssen France champion de l’implication du personnel sur le digital

Fin 2016, Emmanuelle Quilès (@Emma__QUILES), Présidente de Janssen France, a lancé une initiative reposant sur le bénévolat des collaborateurs et visant à améliorer l’excellence opérationnelle du laboratoire. De cette initiative a émergé un chantier : le digital. Un sujet d’autant plus important que certains chiffres invitaient à l’action :

  • Les professionnels de santé dédient seulement 27% de leur temps aux patients
  • 80% des professionnels de santé souhaitent mieux équilibrer pro et perso, tout en étant de plus en plus réfractaires à la visite médicale
  • 55% des professionnels de santé consultent les informations médicales grâce aux outils digitaux, accédant ainsi aux 7000 nouvelles publications scientifiques par mois publiées sur les plateformes telles que PubMed.

Dans ce contexte, Janssen France s’est donné pour mission de redonner du temps « patient » aux professionnels de santé et de maximiser le potentiel des collaborateurs grâce aux technologies numériques. Le programme de transformation avait son objectif. Il s’est déroulé sur trois grandes étapes :

  1. 2017 : acculturation au digital de l’équipe dirigeante
  2. 2018 : définition d’une stratégie digitale et d’une feuille de route
  3. 2019 : mise en œuvre de la feuille de route

Trois ans après le début de cette transformation, il était temps de faire un point d’étape en mesurant de manière efficiente la maturité digitale de Janssen France à 360 degrés. C’est dans ce cadre qu’un diagnostic de maturité digitale s’appuyant sur DIMM a été conduit.

Céline Chevrier et Nicolas Henry restituent le diagnostic de maturité digitale DIMM

Sans révéler ici le détail du diagnostic présenté au cours de la matinée, un levier s’est clairement dégagé comme le plus mâture : le levier Personnel. Janssen France récolte ici les fruits de plusieurs années de travail, d’acculturation au digital de l’ensemble des collaborateurs, à commencer par le management.

Le diagnostic a ainsi pu confirmer certains points forts sur lesquels Janssen France va pouvoir s’appuyer dans les mois et année à venir. Des points d’amélioration sont aussi apparus, du fait du benchmark avec les meilleures pratiques d’autres secteurs, qui pourront faire l’objet de d’un plan d’action spécifique.

Céline Chevrier et Nicolas Henry ont pu échanger en toute bienveillance avec la salle, sur les bénéfices du diagnostic pour Janssen France et ainsi partager quelques pistes à mettre en place par la quinzaine de laboratoires pharmaceutiques représentés.

Conclusion de la matinée

En guise de conclusion de la matinée, deux participants (My Nguyen et Romain Fillaudeau) se sont vu offrir le livre :

Ils auront l’occasion de découvrir le modèle DIMM, et pourquoi pas de le mettre en pratique pour évaluer la maturité digitale des labos pour lesquels ils travaillent.


[1] ACSEL, baromètre Croissance & Digital 2019 : https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2019-04/barometre_croissance_digital_edition_2019.pdf

[2] Simmons & Simmons, analyse des investissements numérique en santé : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/lindustrie-pharmaceutique-doit-faire-sa-transformation-numerique-1025384

[3] Michaël Tartar, Les laboratoires pharmaceutiques peuvent-ils être disruptés ? https://michaeltartar.com/2020/02/24/les-laboratoires-pharmaceutiques-peuvent-ils-etre-disruptes/

[4] Evidemment il fonctionne aussi avec d’autres secteurs industriels. Voir page 66 du livre Transformation digitale 2.0 : 6 leviers pour parer aux disruptions, éditions Pearson (https://bit.ly/transfo20)

Un avis sur “Jungle Digitale : retour sur une matinée dédiée à la maturité digitale des laboratoires pharmaceutiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :