Maturité digitale : où en est mon entreprise ?

Article publié en tant qu’invité sur le blog de Apya.

La transformation digitale s’est accélérée dit-on avec la crise sanitaire liée au Covid-19. La visioconférence est devenue la norme. Le clic & collect a été la seule solution pour nombre de magasins dits « non essentiels ». Les plateformes de livraison de repas à domicile ont explosé. Pourtant dans le même temps des difficultés sociales sont apparues, les offreurs américains de solutions ont mieux bénéficié de la crise que leurs concurrents Français et Européens faisant émerger une préoccupation grandissante sur la souveraineté numérique de la France et de l’Europe.

A grande échelle, les ambitions européennes à l’horizon 2030 sont claires et les directions générales doivent les comprendre pour en tirer profit, bénéficier des aides : 75% des entreprises utiliseront le cloud, le bigdata et l’IA, 90% des PME seront au niveau basique d’intensité numérique, et le nombre de licornes sera multiplié par deux[1]. Le Digital Markets Act publié par la Commission Européenne le 15 décembre 2020 cadre le terrain de jeu des années à venir, que les marketeurs doivent anticiper[2]. A court terme, la nouvelle réglementation ePrivacy 2021 est déjà en grande partie une réalité en France depuis le 1er avril 2021 avec la récente directive de la CNIL sur les cookies et oblige les juristes à s’intéresser au sujet[3].

Les TPE sont en retard, à tel point que le gouvernement a prolongé jusqu’au 30 juin 2021 l’aide de 500€ à la numérisation pour toute entreprise victime des mesures sanitaires[4]. Ça parait peu, et pourtant avec 500€ dans le numérique, ont fait déjà beaucoup, comme par exemple souscrire un abonnement d’un an à une plateforme d’emailing ou de six mois à une plateforme de webinars équipés de tunnels de vente automatisés. Et si on ne sait pas quoi faire de cette aide, c’est que l’entreprise a un sérieux problème de maturité numérique, auquel cas elle serait bien inspirée de faire un diagnostic de maturité digitale immédiatement.

Adopter le numérique, c’est voir grand, agir pas à pas et ajuster en permanence. Voir grand en se posant pour réfléchir à une stratégie digitale. Car l’accumulation d’outils ne suffira pas. Il faut donner une cohérence à l’ensemble, au service de la stratégie de l’entreprise. Ainsi une étude récente établissait que 64% des échecs des projets digitaux étaient dus à un défaut d’alignement des métiers et de l’IT[5].

Dans le secteur du commerce 27% des TPE-PME vendaient en ligne en 2020 selon Eurostat tandis que 64% des internautes achetaient en ligne selon Médiamétrie. L’écart est saisissant ! Dans le secteur de la santé, le retard est tel que le gouvernement a mis deux milliards d’euros sur la table pour accompagner la transformation numérique du secteur. Il ne suffira pas pour les dirigeants de TPE-PME d’attendre des aides gouvernementales. Prendre les devants est indispensable. D’autant qu’avec le numérique, le concurrent est à un clic de souris, agissant parfois depuis l’autre bout du monde.

Prendre les devants, c’est commencer par savoir d’où l’on part. Pour cela, faire un exercice de diagnostic de maturité numérique. Comme un scan de la santé digitale de l’entreprise, le diagnostic de maturité dresse un bilan sans parti-pris sur tout ce qui concourt à la digitalisation, sans se perdre dans les détails. Et c’est là tout l’enjeu ! Car le numérique s’accompagne d’une multitude de solutions, d’offreurs, de technologies, de jargons, qu’il n’est pas toujours évident de comprendre.

Or le dirigeant n’a pas besoin de comprendre tout dans le détail. Il a besoin de savoir si son entreprise est adaptée au monde numérique dans lequel nous vivons. Il a besoin d’être rassuré sur le fait que son activité va pouvoir continuer de se développer et prospérer en profitant du numérique, et en évitant de se faire dépasser par un concurrent aux approches plus modernes, et très rapides.

Faire un tour d’horizon sur les capacités numériques d’une entreprise, c’est donc appréhender tous les aspects. Sa stratégie digitale, la structure organisationnelle qui la met en œuvre, ses équipes et l’appréhension des outils dans leur métier, son offre et comment elle est mise sur le marché en tirant profit du numérique, les technologies sur lesquelles elle s’appuie et l’environnement juridique, fiscal, réglementaire, économique, dans laquelle elle opère.

Ce tour d’horizon doit impérativement associer toutes les parties prenantes. Car le digital s’accompagne de transversalité. C’est à cette condition que l’entreprise gagne en agilité, en capacité d’adaptation. La direction générale, le marketing, le commercial, les RH, la DSI, la production, le juridique, tout le monde est concerné !

La bonne nouvelle étant qu’il existe des solutions pour y voir clair sans se perdre. C’est pour cela que DIMM.UP a été créée. Au travers de la plateforme dimmup.com, une entreprise peut très facilement réaliser un diagnostic de maturité numérique à 360 degrés, seule ou en étant accompagnée si elle préfère. Se positionner par rapport à l’état de l’art sur tous les aspects, de manière cohérente pour faciliter le dialogue entre tous les métiers de l’entreprise. Mieux, la plateforme fournit aux abonnés Premium des données de benchmark pour une comparaison de l’entreprise avec ses pairs : même secteur, même taille, même zone géographique. Une fois le diagnostic posé, la plateforme est même capable de prévenir les abonnés, sur tous les axes d’analyse, des impacts liés à une évolution des usages et des technologies.

Progresser, c’est mesurer. Attendre pour mesurer sa maturité numérique, c’est prendre le risque de subir le même sort que nombre de secteurs qui ont été bouleversés par la digitalisation, comme les médias, les taxis, le tourisme, ou encore la musique. Chacun dans l’entreprise est concerné. Se doter dès aujourd’hui d’une tour de contrôle, c’est prendre en main la santé numérique de l’entreprise. C’est se donner un point de départ qui sera suivi au fil du temps. De même que prendre en charge sa santé personnelle c’est mesurer ses paramètres vitaux, prendre en charge la digitalisation d’une entreprise, c’est mesurer sa maturité numérique. Pas uniquement faire un test sur tel ou tel aspect, mais bien mesurer en profondeur, sur tous les aspects. Ainsi le dirigeant dispose d’une vision d’ensemble du sujet et d’éléments de feuille de route pour conduire les actions d’amélioration et profiter pleinement du digital.


[1] Décennie numérique de l’Europe: la Commission trace la voie européenne vers davantage d’autonomie numérique à l’horizon 2030 , https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/IP_21_983

[2] Digital Markets Act : l’Union européenne prend-elle les devants ?, https://www.institutmontaigne.org/blog/digital-markets-act-lunion-europeenne-prend-elle-les-devants

[3] Cookies et autres traceurs : la CNIL publie des lignes directrices modificatives et sa recommandation, https://www.cnil.fr/fr/cookies-et-autres-traceurs-la-cnil-publie-des-lignes-directrices-modificatives-et-sa-recommandation

[4] TPE, comment obtenir l’aide numérique de 500 euros ?, https://www.cpme.fr/actualites/numerique/tpe-comment-obtenir-laide-numerique-de-500-euros

[5] La DSI face au défi du financement de la transformation digitale, https://www.info.devoteam.com/dsi-financement-transformation-digitale-dmc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :