Archive

Archives d’Auteur

Le marketing digital international expliqué à mon boss, note de lecture

couv-amonboss-international-726x1024Dans la série « à mon boss », les éditions Kawa présentent « le marketing digital international expliqué à mon boss ». Lecture fortement conseillée aux patrons et aux responsables marketing amenés à développer leur entreprise à l’international. Mohamed Khodja (@mkhodja1) y détaille les méthodes et recettes à connaître. Loin des poncifs, l’auteur illustre son propos d’exemples sortant des sentiers battus. Car aller à l’international, ce n’est pas seulement traduire le site Web de l’entreprise en anglais. L’auteur partage ainsi son expérience à la tête du marketing digital de Business France (@businessfrance), organisation présente dans 85 bureaux à l’étranger : de quoi nourrir une mise en pratique opérationnelle qu’il partage avec plaisir !

Au-delà des aspects techniques, ce livre est aussi est véritable guide touristique. Le lecteur voyage un peu partout dans le monde. Les anecdotes fourmillent. Les conseils pratiques laissent la place aux applications opérationnelles. La théorie vient ponctuer le récit pour une prise de hauteur toujours utile. J’ai particulièrement apprécié par exemple le point sur la symbologie des couleurs en Asie, si différente de celle que nous connaissons en France.

Pour le profane, l’auteur décrit de nombreux leviers de marketing digital indispensables pour développer un marché à l’international, que ce soit le retargeting, l’affiliation ou encore l’IP tracking. Les cas pratiques illustrent les concepts. C’est par exemple l’enseigne Maisons du Monde qui s’est développée en Italie avec l’affiliation. Des exemples susceptibles de donner au lecteur des idées d’application à son propre business.

Seul bémol pour moi, j’aurais aimé une ou deux études de cas approfondies. Une description de l’organisation mise en place, des outils déployés, un retour d’expérience sur la phase projet et sur la phase d’exploitation, les documents produits, etc., auraient été utiles pour aider le lecteur et lui éviter la page blanche. Un glossaire par thèmes et par pays aurait aussi été utile pour orienter la lecture. En effet, l’ouvrage est riche, comment retrouver les bons conseils d’utilisation de telle ou telle technique, ou encore un retour d’expérience dans tel pays ? Autant de compléments qui pourront nourrir une prochaine édition, ou bien un complément du livre en ligne.

Sur une note plus personnelle, je garde encore un souvenir ému de la soirée de lancement du livre le 19 novembre 2015, seulement 6 jours après les terribles attentats qui ont frappé Paris. Rencontrer un auteur, c’est aussi partager sa sensibilité, son histoire, au sein de sa communauté au sens étendu du terme, à savoir les personnes qui ont des points communs avec lui. Nous avons en France une chance inouïe de pouvoir encore continuer d’écrire librement, de débattre au-delà des clivages partisans, et de développer nos activités en nous appuyant sur un savoir-faire reconnu dans le monde entier. Restons vigilants et poursuivons nos efforts !

20151119_205228

Enfin, je ne résiste pas au plaisir de remercier ici Mohamed pour la belle place (voir page 35) qu’il a accordée à mon livre « Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise ». Une citation qui fait chaud au cœur.

Le marketing digital international expliqué à mon boss_Les leviers de la transformation digitale

Lettre ouverte à mes amis Facebook passifs

Facebook_unfriendCher ami Facebook passif,

Voilà plusieurs mois, voire plusieurs années, nous avons concrétisé sur Facebook un lien d’amitié. Ce faisant, tu peux voir et réagir à ce que je publie et je peux faire de même avec ce que tu publies. Depuis de longs mois cependant, tu ne réagis plus à mes publications et tu ne publies rien qui me fasse réagir. Ainsi, Facebook ne dispose d’aucun élément lui permettant de comprendre la nature de notre relation amicale. Ce faisant, Facebook a beaucoup de mal à me présenter les contenus publiés par d’autres amis, bien plus actifs, qui pourtant pourraient m’intéresser. Pire, Facebook ne présente plus à mes amis actifs ces jolis contenus que j’ai préparés pour eux. Bref, c’est la cata.

Alors cher ami Facebook passif, ne m’en veux pas de couper notre relation d’amitié sur Facebook. Bien sûr nous avons d’autres lieux, d’autres moyens de nourrir cette relation qui nous unie. Bien sûr aussi, si ton usage de Facebook évolue à l’avenir, je serai ravi de recevoir ton invitation à renouer notre relation d’amitié sur ce réseau social.

Si tu veux en savoir plus, comprendre plus en détail ce que d’autres ont déjà analysé sur la nature des relations d’amitié passives sur Facebook, tu pourras lire avec intérêt l’article de Emily Turrettini « Pourquoi il faut supprimer vos “amis” passifs sur Facebook ».

Lancement du livre « Le marketing digital international expliqué à mon boss »

20151119_205228Jeudi 19 novembre 2015, j’étais invité au lancement du livre « Le marketing digital international expliqué à mon boss », par Mohamed Khodja (@mkhodja1). Un de ces dîners dont Paris a le secret avec la réunion de personnalités, d’auteurs, de fondateurs de start-ups, de gens de médias. On y trouvait par exemple Gilles Babinet (@babgi) notre Digital Champion, Hervé Kabla (@hervekabla) auteur bien connu dans le milieu du digital. On y croisait Sylvestre Kranjcevic, fondateur de l’agence effinity, Hervé Gonay (@hervegonay) fondateur de Get Plus, Iria Marquès (@iriamarques) dont l’intervention aux Rencontres Internationales du Marketing avait été plébiscitée. Au loin, on pouvait admirer le sourire d’André Dan (@andredan) bien connu des plateaux de conférences un peu partout notamment en Europe, ou encore le regard aiguisé de Henri Kaufman (@henrikaufman) bien connu des éditions Kawa. On pouvait même y croiser Anthony de Anfrasio (@groovyk), Sandrine Mourao (@SandrineMourao) ou encore Virginie Masson (@virginmasson). Un beau plateau de nos gens partageant la même passion pour le digital.

Comme d’autres je déroule mon pitch en tant que vice-président de ROK Solution, j’échange mes cartes de visite, j’imagine des opportunités business, des rencontres à venir. Les propos fusent vite dans ce genre de réunion. On est aussi là pour faire du business. On est aussi là pour se montrer, parler de son entreprise, parler de son projet. Quand tout à coup Mohamed demande une minute de silence. Quelques secondes montrant l’émotion que nous avions tous enfouie sous les réalités business.

Car ce soir-là, le sujet est ailleurs. Assez vite on se rend compte que sous des apparences joviales et conviviales nous avons tous à l’esprit les attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015, il y a tout juste six jours. Au-delà des personnalités hautes en couleur du petit monde du digital, c’est la France métissée, colorée, juive, catholique, musulmane, athée, qui se réunit ce soir. Des hommes, des femmes, des grands, des gros, des petits et même des moches mais je ne dirai pas qui, tous réunis seulement six jours après les attentats terribles du 13 novembre. Pour tous, l’essentiel était effectivement de se réunir et de se rappeler finalement qu’indépendamment des peurs qu’on essaie de nous inculquer, indépendamment des différences qu’on essaie de mettre en avant, indépendamment des craintes qu’on nous donne, rien ne peut nous empêcher de nous réunir. Finalement nos trois valeurs fondamentales fondatrices de notre de notre beau pays, liberté, égalité, fraternité, transparaissent au cours de cette soirée.

Je ne saurais trop que recommander la lecture de cet ouvrage ne serait-ce que pour la bonté dont son auteur a fait preuve. Je ne doute en aucun cas aujourd’hui la qualité de l’écriture. Je reviendrai évidemment dessus lorsque j’aurai terminé de le lire.

Rencontres Internationales du Marketing B2B

Business France organisait mercredi 21 octobre 2015 les Rencontres Internationales du Marketing B2B. Alors que Marty McFly et le Doc s’apprêtaient à faire irruption dans la fameuse DeLorean de Retour vers le Futur, je participais à une table ronde avec Hervé Kabla (@HerveKabla), Yann Gourvennec (@ygourven) et Boris Auché (@borauc). Le thème : « Les enjeux du digital à l’international ». Une table ronde animée par Mohamed Khodja (@mkhodja1) et Sophie Callies (@sophiecallies).

Je ne vais pas ici dresser une synthèse des propos que nous avons tenus pendant cette table ronde. L’exercice a déjà été fait par SO’xperts qui propose une vue d’ensemble de l’après-midi. Très égoïstement, je préfère revenir sur les questions qui m’ont été posées.

Pour faire face à ce monde qui change, il s’agit de s’adapter… On parle de transformation digitale ? Mais qu’est-ce que réellement la transformation marketing digitale ? Peux-tu nous en donner une définition ? Nous expliquer qui elle concerne ?

Salle comble et audience attentive vue depuis la scène

Salle comble et audience attentive vue depuis la scène

Pour répondre à cette question, j’ai choisi d’illustrer le propos par l’exemple. Bien qu’étant sur scène devant un public nombreux (l’amphi était comble !), je tweetais. Utiliser Twitter n’a rien de très innovant. L’utiliser sur scène alors qu’on attend son tour pour répondre aux questions des animateurs peut être perçu comme un manque de respect. L’utiliser pour entrer en dialogue avec le public présent dans la salle peut passer pour du bavardage. Créer une relation d’affaire avec un prospect ou un partenaire potentiel, voilà qui est une manière innovante de faire du marketing, et de le lier à la vente. J’ai donc tendu mon smartphone, en expliquant à l’assistance que depuis le début de la table ronde, j’avais déjà tissé des liens avec certaines personnes de l’assistance. Il n’aura fallu que quelques minutes. Restait ensuite à transformer ces liens en opportunités business… et aussi à prendre le micro pour répondre à la question sur le fond !La transformation digitale c’est l’adaptation de l’entreprise, son organisation, ses processus, au monde digital dans lequel nous vivons désormais. J’expose longuement ce propos dans le livre « Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise ».

Le marketing, comme les autres départements de l’entreprise, s’adapte en revisitant ses processus, en adoptant de nouvelles technologies. Jusqu’ici, beaucoup d’efforts ont été consacrés (et c’est normal), à servir le client sur tous les terminaux. Il reste beaucoup à faire, mais l’essentiel est compris.

A présent, on prend conscience que le changement profond impacte les modes opératoires, les métiers exercés, les outils mis en œuvre. Et la vente continue pendant les travaux !

Changer une organisation et ses processus, suppose de se donner une cible, une trajectoire, et un environnement garantissant le contrôle des opérations en mouvement. C’est un challenge pour les directions marketing, comme pour toutes les directions de l’entreprise ! Pour réaliser ce challenge, il faut remettre l’individu au cœur de l’organisation en place en lui apportant tout ce dont il a besoin pour travailler au moment où il en a besoin. Précisément ce que ROK Solution permet de faire.

Comment doit-on procéder pour réussir sa transformation marketing digitale ?

Au risque d’insister et de me répéter, je recommande aux directeurs marketing la lecture du livre « Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise ». Ils prendront ainsi conscience des interdépendances entre leur département et les autres.

Je pense par exemple à un de mes clients, grande agence média, qui réalise déjà de belles campagnes digitales. Son problème n’est plus tant d’atteindre le consommateur sur tous les terminaux. Des solutions logicielles existent, je pense par exemple à Adobe Marketing Cloud. Son problème est en fait dans la conduite des opérations en amont des campagnes, du fait d’un turn over très élevé. Avec ROK Solution le processus depuis la prise de brief jusqu’au bilan de la campagne, peut être modélisé, exécuté, piloté et contrôlé de bout en bout, et bien-sûr adapté en temps réel au gré des évolutions de l’organisation et des outils.

Réussir sa transformation marketing digitale, en particulier dans le B2B, c’est donc d’une part prendre conscience de la relation humaine dans le lien entre marketing et vente, et d’autre part se donner les moyens de piloter ses activités tout en les faisant évoluer.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

La principale erreur serait d’attendre le graal. Adopter le digital, c’est se mettre en mouvement, tenter des choses. L’attentisme n’est pas une option.

Cependant, se mettre en mouvement, ce n’est pas faire n’importe quoi, sans un minimum de préparation et d’outils. Comme les grands explorateurs du XVe siècle naviguant vers des territoires inconnus, de nouveaux outils sont nécessaires pour accompagner la transformation digitale.

Adopter ces outils, les technologies cloud, les approches test & learn, en confiance, est essentiel.

Le reste est une question de maîtrise, d’ouverture d’esprit, de capacité d’adaptation, d’utilisation des données collectées lors des campagnes et de réinvention des métiers de marketing, en lien avec les ventes.

Compléments

Pour une sélection de tweets publiés pendant la table ronde, voir le Storify que j’ai concocté pour vous !

Pour rebondir sur la première question, j’apparais au final dans la cartographie des influenceurs de la conférence établie par Bluenod. Rien que ça ! Reste maintenant à générer du business avec cette influence🙂

Bluenod_Rencontres Internationales du Marketing B2B_2015-10-23_08.56.28[MAJ 26/10/15, 13:00:00] Proservia propose également un compte-rendu de la table ronde, mettant l’accent sur le rôle majeur de la gestion des compétences IT et l’emploi. Un article de Mickaël Haton (@mickaelhaton).

Remettre l’individu au cœur du dispositif digital dans la banque et l’assurance

En tant qu’auteur d’un livre sur la transformation digitale (1), j’ai été interviewé par le cabinet de conseil Harwell Management. Interview à lire dans le numéro 3 de sa newsletter Chromatique (propos recueillis par Olivier Priou). Une newsletter qui fait également le point sur la stratégie digitale de la Banque Postale (interview de Didier Moaté) et revient sur la transformation du secteur banque assurance.

Quelle est votre vision sur la capacité d’adaptation des banques face aux nouvelles attentes du consommateur ?

Les banques jouissent encore d’un cadre réglementaire qui repousse les éventuelles intrusions extérieures. Conçues pour protéger le consommateur, le contribuable, ces règles génèrent paradoxalement une certaine inertie dans le milieu, qui explique en partie une expérience client relativement mitigée chez la plupart des acteurs bancaires. Ces freins nuisent à la continuité de service désormais devenue la norme pour le consommateur digital.

Pensez-vous que le modèle traditionnel soit en danger ?

L’histoire récente nous a montré que des entreprises dominantes dans leur branche d’activité ont été balayées en quelques années par de nouveaux entrants. Les ruptures technologiques, les nouvelles offres de service sont autant d’initiatives formant étape par étape le concept de « multitude (2) » tout au long de la chaîne de valeur. Le dénominateur commun de ces nouvelles organisations est de proposer une offre de valeur pensée autour des usages du client. Elles libèrent les consommateurs d’un carcan. Rappelons-nous des tarifs exorbitants des SMS en France. Non satisfaits, mais sans alternative possible, les clients se sont donc tournés vers de nouvelles solutions, telles que WhatsApp, dès leur sortie. Cette dernière, vendue 19 mds $ en 2014, soit 5 ans après sa naissance, pesait déjà la moitié de la capitalisation boursière d’Orange valorisée à 38 milliards $.

Ces nouveaux entrants font inexorablement bouger les lignes. Ils libèrent les usages. Ils bousculent les acteurs historiques.

Quels sont les atouts des banques ?

La proximité !

Le réseau d’agences est un formidable atout dont la plupart des acteurs natifs du web ne peuvent se prévaloir. Il est d’ailleurs intéressant d’observer les tentatives plus ou moins réussies de migration du web vers le physique. Apple en a fait un pilier à part entière de sa stratégie commerciale. Néanmoins, les agences doivent regagner leurs lettres de noblesse. Il convient de revenir aux fondamentaux que sont la connaissance client, le conseil et la qualité de service. La conclusion que nous devons en tirer est que le digital n’a pas réponse à tout. Les solutions numériques doivent faciliter la relation entre la banque et son client et non se substituer totalement au rapport humain…

Nous ressentons un décalage entre la réalité et l’image que les banques renvoient. Qu’en pensez-vous ?

En effet, les banques jouent à fond la carte du digital et du service client à travers leurs spots publicitaires. Force est de constater que le réel n’est pas toujours en phase au moment où le client entre en contact avec sa banque. La facilité d’utilisation que propose Paypal a permis de capter une grosse partie des flux de paiement aux dépens des acteurs historiques. Paypal a su se conformer au cadre réglementaire sans toutefois perdre de vue l’importance d’offrir une expérience client efficace, rapide et sûre.

Quels leviers peuvent être actionnés selon vous ?

Je reviens à nouveau sur les usages qui doivent être véritablement le pivot central de toute transformation, qu’il s’agisse de concevoir une application comme a pu le faire Axa avec sa Banque « Soon », de refondre un processus de crédit ou de définir une nouvelle organisation. Les cadres dirigeants des banques doivent montrer l’exemple et appuyer les initiatives qui vont dans ce sens. Pour y parvenir, je crois qu’ils devraient mieux connaître le terrain en allant ouvrir leur propre compte ou faire la demande d’un crédit par exemple. Il est également essentiel de tirer profit de l’agilité offerte par le digital en osant des expérimentations opérationnelles tout en maîtrisant les risques.

Remarquons que les collaborateurs sont très preneurs d’innovation dans leur environnement de travail…

Oui. La gestion du changement doit s’opérer sur l’environnement dans lequel les collaborateurs évoluent, en alignant les paramètres avec l’objectif recherché. Le digital fait déjà partie de la vie privée de chacun des collaborateurs. Les résistances ne viennent donc pas des collaborateurs eux-mêmes, contrairement à ce que certaines croyances très répandues laissent supposer.

A titre d’exemple, je pense aux critères d’évaluation et de pilotage (KPI) qui sont souvent réducteurs et plus axés sur la vente de produits que sur la satisfaction client. Le poids des processus administratifs et la disparité des outils sont également des freins à la dimension conseil des collaborateurs. Une approche innovante du poste de travail des collaborateurs est nécessaire. Une approche mettant l’individu au cœur du dispositif. Une approche enthousiasmante facilitant la conduite du changement.

(1) « Transformation Digitale, 5 leviers pour l’entreprise » éditions Pearson – 2 octobre 2014 qr.net/transdig

(2) « Entreprendre et gouverner après la révolution numérique » éditions Armand Colin – 16 mai 2012

 

Qu’attendez-vous de la transformation digitale ?

Lors du Adobe Digital Marketing Symposium 2014, j’ai eu l’opportunité d’interviewer plusieurs personnalités du monde digital. Qu’attendent-elles de la transformation digitale ? Réponses de Catherine Barba (@cathbarba), Pascal Visintainer (@pascalvisin), Henri Kaufman (@henrikaufman), Thierry Happe (@netexplo), Pierre Casanova (@AdobeFrance), Gilles Babinet (@babgi), Mark Phibbs (@MarkPhibbs). Premier d’une série de 3+1 articles, les prochains traitant de la réinvention du marketing avec le digital, et des freins à la transformation digitale.

Catherine Barba note que du point de vue du client, la transformation digitale est synonyme de plus de considération. Ainsi, le client n’est plus seulement un client, il devient un ami pour qui « les marques et les enseignes me servent mieux dans une relation proche et avec cohérence ». Catherine développe plus en profondeur la relation d’une marque avec le client dans une très belle interview développée dans Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise.

Pascal Visintainer, met en avant l’opportunité de la transformation digitale dans l’hôtellerie de luxe, offrant une relation plus profonde avec le client et plus efficace pour plus de business.

Le facétieux Henri Kaufman n’attend rien de la transformation digitale, puisqu’il y est déjà ! Il note cependant l’injonction donnée aux entreprises d’y aller, car leurs clients y sont.

Thierry Happe remarque que la transformation digitale est souvent associée aux processus, à la logistique, à la culture de l’entreprise. Et ce sont surtout de formidables opportunités à saisir, une bonne nouvelle pour la France.

En citant quelques grandes métriques, Pierre Casanova démontre comment la transformation des usages conduit à de gros besoins technologiques : 2 milliards de smartphones, 300 millions de tablettes, 30h passées sur un smartphone par mois, 25 applications utilisées.

Gilles Babinet remarque que la transformation digitale est l’occasion de refonder beaucoup de choses au-delà des secteurs de l’outil productif et de la communication. Par exemple dans la santé ou dans le fonctionnement de l’état. Le digital change tout c’est le propre des révolutions. Thème qu’il développe dans la préface de Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise.

Enfin Mark Phibbs note que la personnalisation de la relation client est la clé du digital. En effet, la technologie est désormais disponible pour un marketing hautement personnalisé, apportant le bon contenu au bon moment sur le bon terminal.

Premières rencontres internationales de la French Tech

La France a-t-elle un problème de développement à l’international ? Nos pépites technologiques ont-elles les moyens de se développer en dehors de nos frontières ? Avec la French Tech, oui !

UBI France a organisé les 1res rencontres internationales de la French Tech les 22 et 23 octobre. J’ai eu le plaisir d’y être invité en tant que blogueur la matinée du 22 octobre. L’impression qui se dégage de cette matinée, est l’incroyable dynamisme de la communauté du numérique en France.

Les Français doivent sortir de l’Hexagone. Une multitude d’agences publiques de toutes sortes existent (UBIFRANCE, BPI, AFIC, APCE, CCI) et il peut être difficile de se repérer. D’autant qu’à cette aide publique s’ajoutent les initiatives privées (Orange, BNPParibas, etc.). Avec la French Tech, une marque existe désormais pour porter à l’international la technologie française.

Je retiendrai en guise de conclusion la devise des Mousquetaires reprise avec enthousiasme par Andre Dan (@andredan) : un pour tous, tous pour un ! Car c’est bien l’action collective qui servira les intérêts de nos pépites technologiques à l’international.

Petite satisfaction personnelle en marge de l’événement : la librairie d’UBIFrance présentait sur son stand mon livre Transformation digitale : 5 leviers pour l’entreprise :).

Transformation digitale : 5 leviers pour l'entreprise sélectionné par la librairie UBIFRANCE

D’autres lectures :

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 045 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :